L’harpagophytum est une plante qui pousse dans les déserts du sud de l’Afrique, notamment en Namibie, en Botswana et en Afrique du Sud. Elle tire son nom de ses fruits en forme de grappins qui s’accrochent au pelage des animaux. Mais c’est sa racine, qui est utilisée en phytothérapie. En effet, celle-ci contient des principes actifs, comme les harpagosides, qui ont des effets anti-inflammatoires et analgésiques. L’harpagophytum est une plante permettant de soulager les douleurs articulaires et musculaires des chevaux quelle que soit en origine. Dans cet article, découvrez les bienfaits et le mode d’emploi de l’harpagophytum pour les chevaux.

Est-ce que l’harpagophytum est un anti-inflammatoire naturel pour les chevaux ?

L’harpagophytum est reconnu pour ses propriétés anti-inflammatoires et antalgiques chez l’humain, mais aussi chez le cheval. Cette plante agit en inhibant la synthèse des prostaglandines, des molécules impliquées dans l’inflammation et la douleur. Elle permet ainsi de réduire l’enflure, la rougeur et la chaleur des articulations touchées par l’arthrose ou les rhumatismes. Elle favorise également la mobilité et la souplesse des articulations. 

C’est un produit qui retarde la dégradation du cartilage en stimulant la production de liquide synovial. L’harpagophytum a aussi un effet relaxant sur les muscles. C’est pourquoi il aide à soulager les tensions et les spasmes. Cette plante est donc un remède naturel efficace pour améliorer le confort et le bien-être des chevaux souffrant de douleurs locomotrices selon la source originale

Comment utiliser l’harpagophytum pour les chevaux ?

L’harpagophytum se présente sous différentes formes pour les chevaux : en poudre, en granulés, en liquide ou en gel. La forme la plus courante est la poudre. Elle se mélange facilement à la ration alimentaire du cheval. La dose recommandée varie selon le poids et la sensibilité du cheval, mais en général, on compte entre 10 et 30 g par jour. Il est conseillé de faire une cure de 3 à 6 semaines, puis de faire une pause d’une semaine avant de recommencer si besoin. 

  • La forme liquide est plus concentrée et plus facile à doser. Cependant, elle est moins appétence pour le cheval. Sa dose journalière est de 10 à 20 ml par jour, en une ou deux prises. 
  • La forme en gel s’applique directement sur la zone douloureuse, en massant légèrement pour faire pénétrer le produit. Elle est utile pour soulager les douleurs locales, comme les tendinites ou les contusions.

Quelles sont les précautions à prendre avec l’harpagophytum ?

L’harpagophytum est généralement bien tolérée par les chevaux, toutefois elle n’est pas sans risque. En effet, elle peut avoir des effets indésirables, comme des troubles digestifs, des ulcères gastriques, des saignements ou des allergies. C’est pourquoi il est important de respecter la dose et la durée du traitement. Aussi, vous devez surveiller l’apparition de signes anormaux chez le cheval. 

Évitez de donner de l’harpagophytum aux chevaux souffrant de diabète, d’hypertension et de troubles cardiaques ou rénaux. Ce produit est également interdit aux juments gestantes ou allaitantes. Par ailleurs, l’harpagophytum est une plante dopante. Cela la rend interdite en compétition équestre. Vous devez alors arrêter le traitement au moins 48 heures avant une épreuve.